Atlas de l'exposition aux pollutions atmosphérique et sonore

Méthodologie

Trajets réalisés

Dix-neuf trajets à vélo ont été réalisés du 27 février au 3 mars 2017 dans cinq arrondissements de la ville de Mexico (Miguel Hidalgo, Cuauhtémoc, Álvaro Obregón, Benito Juárez et Coyoacán) pour un total de 137 kilomètres et 11 heures de collecte.

Mesurer l’exposition au bruit à la pollution

Trois appareils de mesure ont été utilisés: 1) un exposimètre acoustique individuel (Brüel & Kjaer); 2) un capteur de qualité de l'air avec un senseur de (NO2) (Aeroqual); et 3) une montre GPS (Garmin 910 XT). Ces dispositifs nous ont permis de mesurer l'exposition des individus à la pollution de l'air (NO2) et au bruit (dB(A)).

Crédit photos : Gophrette Power.
 

Mesurer la dose de polluant de dioxyde d’azote (NO2) inhalée

Du fait d’un niveau d’activité physique plus élevé que les automobilistes, les cyclistes ont des niveaux de ventilation plus élevés. Autrement dit, ils aspirent plus de litres d’air par minute dans leurs poumons et inhalent ainsi plus de polluants atmosphériques. La ventilation du cycliste peut aussi varier en fonction de la vitesse et de la pente du tronçon de rue emprunté. Pour mesurer la ventilation, chaque participant portait un vêtement biométrique Hexoskin. Finalement, en multipliant simplement la ventilation estimée (litres par minutes) et la valeur de pollution (NO2) mesurée par le capteur Aeroqual, il est possible d’estimer relativement précisément la dose inhalée en temps réel.


 

 
Vidéos des trajets

Une caméra d’action Garmin Virb est fixée sur le guidon du vélo. Cela permet d’obtenir une vidéo du trajet et estimer par la suite de manière relativement précise le trafic rencontré le long du trajet (nombre d’automobiles et de véhicules lourds en mouvement; nombre d’automobiles et de véhicules lourds arrêtés avec le moteur allumé, etc.).